Rechercher

Comment prendre soin de sa trésorerie ?


La trésorerie, c’est le nerf de la guerre ! En tant qu’entrepreneur nous l’avons rapidement compris. Une entreprise sans trésorerie est une entreprise qui ne respire pas, elle ne peut rien faire. Au contraire, une entreprise avec une bonne trésorerie respire sereinement et peut se développer.

La crise que nous avons vécu a changé l’attention qu’on lui porte, la méthode pour la gérer et a révélé, pour ceux qui ne l’avait pas encore vu, qu’il faut la préserver. Je vous partage des pistes pour la préserver, basées sur mon expérience et celle des autres chefs d’entreprise que je côtoie.

1- La piloter


Afin de prendre soin de sa trésorerie, il faut pouvoir tout anticiper. De nombreux chefs d’entreprise ne regardent que leur solde bancaire au jour le jour, voir même jamais quand ça va mal, n’ont pas de plan de trésorerie.

L’objectif de ce plan est d’avoir une vision à moyen terme (3, 6 à 12 mois dans l’idéal) de l’état de sa trésorerie pour anticiper. Pour cela, il y a plusieurs solutions :


La moins coûteuse est le tableau Excel, une partie entrée, une partie sortie et on connait son solde de trésorerie et sa variation. J’ai des modèles, n’hésitez pas à me contacter je vous les ferai passer.

Pour un client, nous avons pris la solution en ligne Agicap. C’est une plateforme en ligne qui récupère les mouvements de votre compte, l’algorithme apprend à les reconnaître et les rentre dans les bonnes catégories. Vous rentrez un prévisionnel et vous avez les écarts entre ce prévisionnel et la banque. C’est une solution simple et pratique à utiliser, mais plus coûteuse que le tableau Excel, vous en aurez pour 1 188€ HT l’année, payable en 2/3 fois.

Je viens de découvrir une nouvelle solution en ligne, Fygr. Je suis en phase de test, c’est assez proche d’Agicap. Je n’ai pas encore assez pratiqué par rapport à Agicap pour avoir un avis tranché. Le plus est le prix, 50€ HT par mois pour la solution avec le prévisionnel.

Vous pouvez tester gratuitement ces 2 solutions pendant une semaine. Il existe d’ailleurs d’autres solutions de ce type en ligne, je suis preneur de vos retours.


Une fois votre solution choisie, il faut rentrer votre prévisionnel de chiffre d’affaire. Appuyez-vous sur votre historique avec une progression ou une régression en fonction de votre marché. Si vous êtes créateur, c’est votre prévisionnel et l’écart des premiers mois réalisés qu’il faut prendre en compte. Par expérience, je suis toujours plutôt prudent sur le chiffre d’affaire.

Ensuite, il faut rentrer les charges. A l’inverse du chiffre d’affaire, il vaut mieux avoir la « main lourde ». Dans le plan de trésorerie, des entrées sous-évaluées et des sorties surévaluées donnent une bonne surprise chaque mois, l’inverse beaucoup moins ! Il faut analyser ces charges une fois par mois pour voir les gros écarts par rapport au prévisionnel et comprendre pourquoi. C’est l’occasion d’analyser les dépenses pour en optimiser certaines.


2- Partenaires


Il faut négocier régulièrement les conditions et les délais de paiement avec vos fournisseurs afin de préserver votre trésorerie. Vous avez une grosse commande exceptionnelle, renégociez ces conditions pour cette commande. Un bon relationnel avec vos fournisseurs et de la fidélité chez eux vous faciliterons les négociations. Il faut que ce soit gagnant/gagnant, ne cherchez pas à « saigner » votre fournisseur, et ne vous faite pas « saigner ». Une bonne négociation est quand chacun fait un pas vers l’autre.

Votre plan de trésorerie vous servira également à mieux discuter avec votre banquier. Cela lui prouvera que vous pilotez votre trésorerie, et vous permettra d’avoir plus facilement des découverts ou des emprunts. Soyez honnête avec lui, il sait parfaitement ce qu’il se passe sur vos comptes.


3- Impayés


C’est le premier levier que j’active quand je fais des « missions trésorerie » : les impayés. Connaissez-vous le montant de toutes vos factures en attentes de paiement ? Cela peut représenter beaucoup d’argent. Pour les impayés, il n’y a qu’une méthode : être intraitable ! Pour cela il faut être clair au départ sur les conditions de paiement. Par exemple, pour un artisan, il faut prendre 30% d’acompte à la signature du devis, et prévenir le client à ce moment là que le solde est dû à la fin du chantier. Si les règles sont données dès le départ, il est plus facile de les faire respecter. A la fin du chantier, on remet la facture du solde au client et on récupère l’argent immédiatement.

Si vous travaillez avec des professionnels ou des marchés publics, vous pouvez prendre une solution d’affacturage ou d’assurance de paiement. J’utilise Moment, c’est une assurance contre le retard de paiement. Je m’en sers en premier pour tester mes futurs clients, s’ils ne m’assurent pas la facture, ce n’est pas très bon signe pour la santé financière du futur client. Et ensuite, j’assure certaines grosses factures qui pourraient impacter ma trésorerie. Si le client ne paie pas à la date convenue, je touche 90% du montant de la facture, pour un coût de 2% HT.

Sinon dans mon réseau, pour l’affacturage, plusieurs chefs d’entreprises sont satisfaits de Bibby Factor. Je n’ai jamais testé mais le retour que j’ai est qu’ils sont plus souples que les solutions proposées par les banques, et que vous n’avez qu’un seul interlocuteur qui s’occupe de vous.


4- Stock


Vous l’avez tous entendu : le stock c’est de l’argent qui dors ! C’est effectivement de la trésorerie que vous n’avez pas sur vos comptes, il faut piloter au plus juste ses stocks. Il faut pourvoir répondre aux besoins de clients, tout en évitant les ruptures et le stock dormant de produit qui ne se vendent pas ou peu. Il vaut mieux liquider ce stock dormant rapidement en le remisant, afin de le transformer en trésorerie.


5- Investissement


Pour terminer, il faut être vigilant sur deux points. Le premier est que pour chaque investissement, il faut se demander si on en a réellement besoin. Le second est comment je le finance : paiement en plusieurs fois par le fournisseur, emprunt, leasing/LOA… Il ne faut surtout pas financer avec sa trésorerie. Et si comme moi vous êtes impatient, rien ne vous empêche d’acheter avec votre trésorerie et de trouver le financement ensuite. La trésorerie est un moyen de financement à court terme qui doit uniquement financer l’exploitation de votre entreprise. Pour les investissements, on se sert de financement à moyen ou long terme.

Voici une liste non exhaustive d’actions à mettre en place pour prendre soin de sa trésorerie. Si vous souhaitez commenter et faire part de vos astuces et fournisseurs pouvant nous aider à mieux la gérer, c’est dans la section « pour rédiger un commentaire » en bas de page. Je mettrai l’article à jour avec vos retours.

101 vues0 commentaire